Aller au contenu principal

Répondre à la crise COVID-19: l'expérience des membres de la communauté de pratique MobiliseYourCity Afrique

30 Jun 2020

 

 

La crise COVID-19 a frappé le monde comme une tempête, causant de graves répercussions sur les sociétés et les économies de la planète. Le secteur des transports a été particulièrement touché. Les professionnels du transport et les décideurs ont dû réagir rapidement et prendre les meilleures décisions possibles dans une situation sans précédent. Les membres de la communauté de pratique MobiliseYourCity Africa se sont réunis pour discuter de la façon dont leurs villes et leurs systèmes de transport ont été affectés par la crise et pour réfléchir à leurs expériences et à leur apprentissage.

Révéler les forces et les faiblesses des villes

Pour de nombreuses villes, cette crise a révélé les forces et les faiblesses de leurs systèmes de transport en cas de perturbations soudaines. La réponse à la crise a dépendu de plusieurs facteurs. Alors que la plupart des villes ont pu réagir rapidement à la crise pour protéger la santé de leurs habitants, beaucoup ont du mal à atteindre cet objectif tout en garantissant simultanément une mobilité sûre et appropriée qui assure notamment les moyens de subsistance des populations les plus vulnérables. pauvres.

Comment les systèmes de transport se sont adaptés à la crise

Dans chaque ville, les systèmes de transport ont été adaptés en fonction des circonstances locales. Les mesures prises comprennent la limitation du nombre de passagers dans les bus afin de limiter le risque d'infection pour les utilisateurs et les opérateurs des transports publics. Dans certains cas, les motos-taxis étaient interdites ou ne pouvaient transporter qu'une seule personne par véhicule pour la même raison, et la plupart des trains interurbains ont été interrompus pour limiter la propagation du virus. Les mesures de compensation ont été différentes selon les pays et les villes, en particulier dans le cas du secteur informel des transports. Certains gouvernements ont été en mesure de compenser les services officiels de transport public pour leurs revenus perdus grâce à des subventions, afin de maintenir les tarifs et les niveaux de service. Dans les endroits où il n'y avait pas de compensation ou dans le secteur informel, les conséquences les plus courantes étaient les hausses de prix et le raccourcissement des itinéraires en raison de la réduction du nombre de passagers.

Les impacts de la crise sur le secteur informel

Les limites structurelles de l'économie en général et du système de transport dans les villes africaines entravent la mise en œuvre universelle des mesures recommandées pour empêcher la propagation du COVID-19. Cela a été particulièrement vrai pour le secteur des transports informels, car la réduction du nombre de passagers représente une menace directe pour les moyens de subsistance des opérateurs. L'absence d'un réseau de protection génère une incitation néfaste, car les opérateurs sont contraints de maintenir leurs niveaux d'exploitation sans pouvoir respecter les normes de santé et de sécurité requises ou raccourcir les itinéraires et augmenter les tarifs. En outre, de nombreux travailleurs informels vivent généralement plus loin de leur lieu de travail et ne peuvent pas travailler à distance, ce qui les rend plus dépendants des transports publics informels et vulnérables aux perturbations de ces derniers. Ces conditions contribuent à une augmentation des inégalités. Non seulement les plus pauvres sont touchés par des taux plus élevés et un service plus médiocre, mais l'application limitée des normes sanitaires entraîne une augmentation de leur exposition au virus.

Apprendre de la crise

Dans de nombreuses villes, la crise a révélé l'importance de l'intégration entre la planification des transports et l'utilisation des sols. Très peu de villes ont pu planifier leurs systèmes de transport de manière à pouvoir facilement s'adapter au type de mesures qui sont prises pendant cette crise sanitaire. À Dakar et Douala, par exemple, malgré le fait qu'une grande partie de la population se mobilise à pied, les infrastructures pour piétons sont insuffisantes. Cependant, à certains endroits, la crise a permis des réponses créatives, notamment l'accélération de la mise en œuvre des plans qui existaient déjà. Les exemples de réussite comprennent la mise en œuvre d'un projet retardé pour introduire les paiements sans contact à Nairobi, au Kenya. Au Maroc, la distribution d'une carte de santé aux travailleurs des transports informels a été utilisée pour compenser la perte d'activité due aux mesures de restriction.

Partout dans le monde, les professionnels du transport ont dû s'adapter à cette situation sans précédent et agir. La réunion des membres de la communauté de pratique MobiliseYourCity Africa a permis d'évaluer les forces et les faiblesses des villes et a révélé l'importance d'une planification de la mobilité durable pour accroître la résilience des systèmes de transport.

Sitemap

À propos

MobiliseYourCity est une action multi-bailleurs et un partenariat pour la coordination opérationnelle de la planification de la mobilité urbaine durable et de la programmation des investissements.

Newsletter

Inscrivez-vous ici pour recevoir la newsletter de MobiliseYourCity.

La présente plateforme de connaissance est financée par l'Union Européenne dans le cadre d'une subvention Intra ACP "Support aux programmes de mobilité urbaine"

 

UE